Echange culturel et cours de Coréen
  • local_phone 06 68 86 50 11
  • email contact@seodang.fr

안녕하세요 !

« annyeonghaseyo » Voilà très certainement l’expression la plus connue en Coréen. Pas étonnant puisqu’il s’agit tout simplement de la manière qu’ont les Coréens de se saluer, que l’on traduit par bonjour.En réalité, cela vient de 안녕 (annyeong) qui signifie paix, tranquillité et 하세요 (haseayo) du verbe faire conjugué à l’impératif, 하다 + 세요 (hada + seyo). Donc littéralement, bien que cela soit parfaitement inapproprié, soyez en paix.Il existe différentes manières de se saluer, 안녕하세요 étant la plus courante, celle que l’on emploie avec les personnes que l’on rencontre pour la première fois, les personnes plus âgées, les commerçants etc.Entre amis, on se salue de manière plus rapide en utilisant simplement 안녕 et plus rarement, pour marquer le titre honorifique d’une personne, sous la forme polie formelle, 안녕하십니까 ? Vous remarquerez que cette dernière est à la forme interrogative.Lorsque l’on vous salue, il suffit de répondre par la forme qu’il convient (donc 안녀, 안녕하세요, 안녕하십니까 ?) en retour.

Pour ce qui est de la prononciation de ce fameux 안녕하세요, on pourrait dire que c’est très approximativement  « anne yong hasèyo », mais une fois encore, je vous conseille d’apprendre l’alphabet pour connaitre la prononciation exacte.

le hangeul, l'alphabet Coréen

La langue Coréenne

L’origine de la langue Coréenne est difficile à déterminer précisément. Alors que certains linguistes la classent parmi les langues altaïques, comme le Mongol, le Finnois ou encore le Turc, d’autres affirment qu’il s’agit d’une langue isolée. Bien qu’il existe des similitudes certaines avec la structure grammaticale du Japonais, il est difficile d’attribuer au Coréen un lien parental, tant la phonétique et le vocabulaire commun sont réduits. De nombreux dialectes sont présents dans la péninsule, mais c’est celui de la capitale actuelle, Séoul (서울), qui s’est imposé. Les Coréens ont cependant de nombreux mots qui ont été directement empruntés de langue occidentale, notamment de l’Anglais. Bien que le sud et le nord partagent la même langue, il existe des différences notables entre les deux et par rapport à sa soeur du Sud, la langue du nord utilise bien moins de mots d’emprunts.

Le hangeul

Le hangeul (ou hangul) n’a pas toujours été utilisé par les Coréens. Avant l’époque du Roi Sejong (1397-1450), l’écriture était réservée à l’élite qui seule avait accès à l’éducation. La langue Coréenne se transmettait essentiellement à l’oral. Les érudits écrivaient le Coréen en utilisant les caractères Chinois, les 한자 (hanja). Il est d’ailleurs encore assez fréquent de voir ces symboles. Les 한자 sont encore enseignés, mais en plus petit nombre.

Il est aussi une trace de l’héritage de l’empire de chine qui est souvent utilisée, à savoir, les nombres. Les Coréens composent avec deux systèmes numériques, les nombres Sino-Coréen et les nombres purement Coréen. Par exemple, on compte les heures en utilisant le système Coréen et les minutes en Sino-Coréen.

Statue du roi Sejong

Statue du roi Sejong

Revenons en au hangeul, élaboré en 1443 et promulgué législativement en 1446, sous l’initiative du Roi Sejong le grand (세종대왕). En effet, soucieux d’éduquer son peuple, le roi fin linguiste décida de rassembler des érudits et des scientifiques afin de créer un alphabet simple. Simple, voilà ce qui ressort souvent lorsque l’on parle du Hangeul. Le roi affirmait qu’une personne intelligente pouvait l’apprendre en 3 heures, alors qu’un idiot lui mettrait 3 journées (ces durées peuvent varier selon les sources). Lors de sa création, le Hangeul est vu d’un mauvais oeil de la part des classes d’élites, craignant pour leur postulat. La légende raconte même, qu’il aurait été élaboré en secret. Il sera à maintes reprises interdit, la dernière fois étant durant l’occupation japonaise, jusqu’en 1945.Malgré les interdictions, son utilisation à perduré, notamment grâce à la poésie et la littérature, et apparemment grâce à la littérature féminine.Cet alphabet est utilisé aussi bien au sud qu’au nord du pays. Alors qu’au sud l’alphabet est nommé hangeul (한글), le nord lui préfère, pour des raisons historiques et politiques, le nom de Joseongeul (조선글).Le hangeul est souvent décrit comme étant un alphabet des plus scientifiques, en effet les lettres ont été pensées pour représenter la forme et la position des organes servant à prononcer les différents sons. Le Hangeul est officiellement entré au patrimoine de l’Unesco en 1997.

Le musée national du hangeul

Le hangeul a joué un rôle majeur pour le développement de la société actuelle, à tel point qu’un jour férié y est consacré, la journée national du hangeul, le 9 octobre. Un musée lui est aussi consacré, il a d’ailleurs été inauguré le 9 octobre 2015.

Situé non loin du musée national d’histoire, le musée se compose de 3 étages.Au premier étage se trouve une librairie, le second propose une exposition permanente sur l’histoire et l’évolution de l’alphabet et le dernier accueille quant à lui des expositions temporaires.

Musée du hangeul

Musée du hangeul

ouvrage sur la fabrication d'alcool

ouvrage sur la fabrication d’alcool

L’exposition permanente permet d’en apprendre plus sur l’histoire et l’évolution de ce système d’écriture. On y trouve de nombreux ouvrages montrant le processus de transcription entre les caractères chinois et le nouvel alphabet, ainsi que son évolution au fil du temps. On trouve des reliques dédiées à l’enseignement des valeurs confucéennes, au bouddhisme, mais aussi à la transmission des savoirs faire. Sont aussi exposés des exemples de cartes à jouer, de partitions de musique, des bandes dessinés, des machines à écrire, ou encore des caractères mobile d’imprimerie (contrairement à ce que l’on pense, l’imprimerie n’a pas été inventé par Guthemberg, mais par les chinois et les coréens ont été les premiers à utiliser des caractères mobiles).

Caractères mobiles

Caractères mobiles

Ouvrage d'enseignements bouddhiques

Ouvrage d’enseignements bouddhiques

Conversion du hangeul en binaire

Conversion du hangeul en binaire

 

La dernière partie de l’exposition permanente nous offre la possibilité d’apprendre quelques différences linguistiques existantes entre le Sud et le Nord. On y découvre aussi la manière dont est convertit l’alphabet en diverses unités comme par exemple en binaire ou hexadécimale. Et comme souvent dans ce genre de musée, vous aurez la possibilité de vous prendre en photo et d’être projeté sur un écran dans l’enceinte des lieux.

Lors de ma visite, l’exposition temporaire était dédiée à la littérature pour enfant.

Conte pour enfant

un livre pour enfant

un livre pour enfant

L’entrée du musée est gratuite, plus d’infos sur le site officiel du musée

 

Romanisation révisée

Pour finir cet article, parlons de la romanisation du Coréen.La romanisation révisée a officiellement été promulguée par les autorités en 2000. Mais elle n’est cependant pas utilisée partout dans le monde, certains préférant le système McCune-Reishauer, voir un autre système élaboré a l’université de Yale.Alors soyons clair dès le départ, si vous comptez apprendre le Coréen, n’utilisez surtout pas la romanisation de ce dernier.En effet, La romanisation du Coréen pose divers problèmes. Le premièr étant que les sons qui composent la langue sont différents des nôtres. Si élaborée soient les systèmes de romanisation, ils induisent souvent en erreur, ne sachant pas toujours quelle en est la prononciation correcte.De plus, la prononciation de certaines lettres est différente suivant leur emplacement dans le mot, et les lettres l’entourant. Prenons pour exemple « « , qui se prononce différemment dans les mots 신발 (chaussures) 사랑 (amour) et (goût). Dans le premier cas, la lettre se prononce plus comme un « ch », dans le second comme un « s » et dans le dernier comme un « t ».Bien évidement ce sont là des règles, tout comme il en existe en Français, mais, serait il correct d' »Hangeuliser » le Français ? Il suffit de voir les nombreuses enseignes portant des noms Français, comme par exemple « Paris Baguette » ou encore « Tous les jours », elles ne sont, sauf dans de rares exceptions plutôt amusantes, pas écrites en alphabet Coréen.

La dernière raison pour laquelle je recommande fortement d’apprendre le 한글 pour apprendre le Coréen, et bien c’est simplement que pour apprendre le Coréen, il faut apprendre le 한글, sans quoi vous serez bien vite bloqué et aurez acquis de mauvais réflexes.

N’hésitez pas à consulter notre article des expressions indispensables