Echange culturel et cours de Coréen
  • local_phone 06 68 86 50 11
  • email contact@seodang.fr

Afin de profiter pleinement d’un séjour en Corée du Sud, il est essentiel de s’organiser un minimum. Pas de panique, voici quelques informations utiles pour préparer au mieux votre séjour.

Entrer dans le pays

Tout d’abord, sachez que les ressortissants Français n’ont pas besoin de visa pour entrer en Corée du sud, si le séjour n’excède pas 90 jours.
Bien qu’aucun papier spécifique, hormis un passeport valide, ne soit demandé lors du passage au bureau de l’immigration de l’aéroport, il est nécessaire de fournir une adresse et un numéro de téléphone Coréen. Ceux de votre hôtel ou encore d’un ami suffisent, de plus l’adresse n’a pas besoin d’être écrite en Coréen. Des fiches (en Français) sont disponibles dans l’aéroport, et souvent distribuées directement dans l’avion (en Anglais). En outre, vous devrez remplir un document de déclaration de marchandise à remettre au dernier contrôle de l’aéroport. (Plus d’infos)

Les transports

Vous voilà donc maintenant en Corée du Sud !
Partons du principe que vous atterrissez à Séoul. Quel que soit l’aéroport (Incheon/Gimpo) il existe une ligne de métro longue distance (공항철도) menant directement au coeur de la ville rapidement. Cette solution est à mon avis, la plus simple et la plus économique. Il est aussi possible de prendre un des nombreux bus pour se rendre à Séoul ou de prendre un taxi, mais le prix sera plus élevé, et trouver le bon bus peut parfois s’avérer assez compliqué.
Le métro est très simple d’utilisation et d’accès, les infrastructures sont des plus modernes et très fonctionnelles, tous les affichages sont écrits en Coréen et en caractères romains.
Vous pouvez soit acheter un ticket de métro à usage unique (il y a une consigne sur le ticket, il suffira de l’insérer dans une machine à la sortie pour la récupérer), soit (acheter) une carte T-money. Je recommande fortement cette option.
En effet, la T-money est une carte rechargeable, que l’on peut acheter dans presque toutes les supérettes ou directement via les bornes présentes dans toutes les stations de métro. Attention ! Ces bornes n’acceptent pas les cartes de crédit.
La T-money donne accès aux bus de ville, il est possible de l’utiliser pour payer certains taxis et parfois même faire des achats divers.
Cette carte se valide à l’entrée de la station et à la sortie. Un tarif de base, auquel s’ajoute un tarif en fonction du nombre de station, définit le coût du transport. (Information importante : dans les bus, il faut impérativement penser à scanner la carte à la montée ET à la descente, sans quoi vous risquez d’avoir de mauvaises surprises). Pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus de son utilité, sachez qu’elle fonctionne dans la majeure partie du pays, même sur l’île de Jeju.

L’argent

A votre arrivée, vous pouvez donc soit changer de l’argent à l’aéroport, mais les taux ne sont pas des plus avantageux, soit retirer de l’argent dans un des nombreux distributeurs, la plupart bénéficient d’un mode Anglais « Foreign Card » et acceptent les visa et mastercard.
La monnaie Coréenne est le won (원).A ce jour, 1 euro équivaut à 1333 won, mais les taux changent fréquemment et en ce qui concerne les frais bancaires, ils varient en fonction des banques. En tout cas, je recommande de contacter sa banque avant le départ pour des informations plus détaillées.

Se loger en Corée du sud

Comme dans toutes les grandes villes, il y a de nombreux hôtels à Séoul, dans de nombreux quartiers et la grille tarifaire est large. Votre choix dépendra donc de votre budget et du niveau de confort désiré. Je ne saurais vous aiguiller au mieux, mais sachez qu’il existe divers types de logements avec chacun leurs avantages et inconvénients.

Tout d’abord les guesthouses. Ce sont des auberges dans lesquelles il est possible de louer un lit dans des dortoirs partagés (mixte ou non) des chambres pour une ou deux personnes. Les douches, toilettes et cuisine salle de vie sont des espaces communs. Parfois la salle de bain est privatisée. Le petit déjeuner n’est pas toujours compris dans le prix, et est généralement des plus simplistes (du pain de mie à griller, de la confiture, du beurre, parfois des oeufs, du café et du thé). Le personnel varie selon l’endroit et la période, il s’agit cependant souvent d’étudiants, Coréens et étrangers.
Avantages : plus économique, l’ambiance conviviale, les rencontres.
Inconvénients : peut être inconfortable, du fait du bruit et du manque d’intimité.

Les goshitels sont à mi chemin entre l’auberge, l’hôtel et l’appartement. Souvent habité par les étudiants, il s’agit simplement d’une chambre, contenant un lit, un bureau et une salle de bain (pas toujours). Les chambres sont de taille variée, mais souvent très petites, parfois à peine 3 mètres carrés. Certaines sont équipées d’une petite cuisine et même de machine à laver, mais la plupart du temps ce sont des espaces communs. Souvent du riz cuit et du kimchi sont mis à disposition dans la cuisine et l’on peut se servir gratuitement !
Avantages : un peu plus d’intimité et de confort, nourriture gratuite.
Inconvénients : un peu plus onéreux, la taille réduite des chambres.

Préférant que chacun se fasse sa propre expérience, je n’ai pas d’adresse à conseiller. Il existe de nombreux sites et applications pour trouver ce qu’il vous faut. Pour ma part j’utilise Agoda, qui ne m’a jamais fait faux bond. Enfin, les clés sont rarement utilisées en Corée du sud, au profit des serrures à code.
Outre les hôtels plus classiques qu’il n’est pas nécessaire de présenter,
le programme « temple stay » propose de dormir dans des monastères bouddhistes.

Visiter la Corée

Séoul est une ville immense et pleine de ressources, mais vous serez peut être tenté de visiter d’autres villes, comme Jeon-ju, Busan ou encore d’aller sur la magnifique île de Jeju.
Les transports longues distances sont nombreux en Corée du sud.
Il existe un train express, le KTX (le Korean train express a d’ailleurs été acheté aux Français sur le modèle du TGV). Les liaisons sont fréquentes mais assez onéreuses.
L’avion, permet d’atteindre de nombreuses destinations comme par exemple Busan, Jeju, le Japon ou encore la Chine. Les trajets internes sont très bien organisés et rapides, les tarifs varient énormément d’une période à l’autre. Il existe des compagnies low-cost comme par exemple Jin air ou Tway.
Toujours pour atteindre Jeju, vous pouvez prendre le ferry au départ de Busan.
Enfin, les lignes de bus permettent d’atteindre à peu près n’importe quelle ville. Les bus sont le moyen le plus économique pour effectuer de longues distances, ils sont très fréquents et assez confortables.

Les repas en Corée

La nourriture en Corée du sud est très variée et succulente, mais souvent très pimentée (parfois vraiment très épicée!). La base de l’alimentation est, bien entendu, le riz et le fameux kimchi, chou fermenté au piment dont il existe énormément de recettes différentes.
Beaucoup de plats contiennent de la viande, en ragoût, grillée, crue, mais il est possible de trouver de quoi manger végétarien. Lors d’une commande dans un restaurant, il nous est presque systématiquement apporté des « banchan », petits accompagnements de toutes sortes, et du riz, qu’il est possible de redemander gratuitement. Le poulet est particulièrement apprécié, notamment le poulet frit.
Les Coréens aiment manger hors de chez eux, les plats sont placés au centre de la table et partagés. Il est fréquent qu’au centre de la table, un grill soit présent pour y cuire la viande et les légumes.
Les repas sont très conviviaux, cependant, si vous voyagez seul, certains plats ne sont pas proposés pour une seule personne. Les Coréens sont peu bruyants en mangeant, mais il n’est pas rare qu’ils mâchent la bouche ouverte. Il existe aussi beaucoup de stands de rue, proposant des repas rapides ou simplement de quoi grignoter un peu. Je ne m’étends pas davantage sur le vaste sujet qu’est la nourriture en Corée du sud pour l’instant, je recommande juste quelques incontournables : le bibimpap, le bulgogi et le Samgyeopssal.

Téléphoner

La technologie est très présente au pays du matin calme et les smartphones sont très répandus. Dans le métro, tout le monde est scotché à son écran, occupé à lire les news, regarder la télévision, échanger des messages. Le web fait ici entièrement partie du quotidien, de nombreux points de wifi gratuits sont accessibles et « l’internet data » est très efficace. Les étrangers peuvent se procurer une carte sim prépayée, de nombreux opérateurs en proposent, par exemple en se rendant dans une boutique SKtelecom. Il vous sera demandé votre passeport lors de l’ouverture d’une ligne. Ces cartes sont très pratiques, mais la consommation de données cellulaires a tendance à vite épuiser la recharge. Il est judicieux de désactiver les données mobiles lorsque qu’il n’est pas nécessaire de les utiliser. Pour une carte sim, d’une validité de un mois, comptez environ 20 000 won. (n’hésitez pas à lire notre article sur les applications indispensables en Corée du sud).

Culture Coréenne

Pour finir, (encore) un mot sur les habitants du pays. Les jeunes Coréens parlent pour la plupart Anglais, mais il arrive aussi fréquemment de rencontrer des personnes avec lesquelles ils sera difficile de communiquer. De plus les Coréens ont tendance à élever la voix et à parler sur un ton qui peut paraître agressif. Au premier abord c’est assez perturbant et déroutant, mais il ne faut pas se laisser impressionner, vous vous rendrez vite compte qu’il s’agit simplement d’une des nombreuses différences culturelles. Il est conseillé d’apprendre l’alphabet (le hangeul) un minimum, afin de ne pas être trop pris au dépourvu lorsque la romanisation n’est pas présente. L’alphabet est très simple à apprendre, mais demande néanmoins beaucoup de pratique, ce sera justement l’occasion de s’exercer. Prêtez aussi l’oreille, les sons de la langue sont très différents et les nuances et subtilités ne sont pas toujours facilement discernables.
Prendre le métro, en utilisant un plan uniquement en Coréen et en écoutant les annonces est un bon exercice. Pour ceux qui lisent l’alphabet, voici un petit guide de quelques mots basiques à connaître, n’hésitez pas à les mettre en pratique.
La bise n’existe pas en Corée, c’est même très impoli, les salutations se font en courbant légèrement le dos, les poignées de mains sont aussi très répandues ainsi que les accolades entres amis.
Il existe des différences culturelles qui peuvent choquer de prime abord, comme par exemple le fait qu’il soit impoli de se moucher en public, il est préférable de renifler, parfois même bruyamment, voire de cracher dans la rue. Il faut juste se faire à l’idée que les us et coutumes diffèrent et qu’il faut les accepter et les respecter. Si vous faites des erreurs, on ne vous en tiendra pas rigueur, les Coréens ont l’habitude de voir des étrangers, surtout à Séoul.

site de l’ office du tourisme Coréen