Echange culturel et cours de Coréen
  • local_phone 06 68 86 50 11
  • email contact@seodang.fr

Le Go Stop ou Godori (고도리) est un jeu très répandu en Corée du sud, qui se joue avec des cartes nommées HwaTu (화투 Bataille de fleur), historiquement importé lors de la colonisation de la Corée par le Japon (1905-1965). Les jeux de cartes à jouer auraient été inventés en Chine, puis après être passés par l’Europe auraient débarqué au Japon au XVIème siècle. Majoritairement destinés aux jeux d’argent, les autorités japonaises interdisent les cartes à jouer de 1633 à 1868. Divers jeux de cartes, aux illustrations variées, apparaissent au Japon pour être ensuite interdits, faute de popularité. Au cours du XIXème siècle, le Hanafuda (花札) se développe, et est donc par la suite introduit en Corée, sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui.

Un jeu de godori (cartes nommé 화투) tel qu'on le trouve en Corée du sud

Un jeu de 화투 tel qu’on le trouve en Corée du sud

But du jeu

très souvent utilisé pour parier de l’argent, le but de ce jeu est de marquer des points pour rafler la mise de ses adversaires, en formant des paires. Il existe des variantes aux règles, suivant les régions notamment, mais globalement le déroulement est le même.
Tout d’abord parlons des cartes : un jeu est composé de 48 cartes auxquelles s’ajoutent des cartes bonus. Elles forment 12 월 (mois) comprenant chacune 4 cartes. Les cartes sont classées en 4 groupes, les cartes 광 ou lumière (5 cartes), les cartes 열끗 ou animal  (8/9 cartes), les cartes 띠 ou ruban (10 cartes) et enfin les cartes 피 ou Pi (24/25 cartes). Les familles sont reconnaissables grâce à l’arbre, la fleur, qui les illustre. Les paires se forment par famille et les points se comptent par groupe de carte.

Les cartes

Les cartes du jeu

Enfin le nombre de carte bonus varie suivant le paquet, il y en a généralement 2, mais il est tout à fait possible de s’en passer. Ce sont les jokers.

les jokers

Déroulement d’une partie de Godori

Le jeu se joue à 2 ou 3 joueurs.

L’espace de jeu peut se diviser en 3 : la main (les cartes que le joueur tient dans les mains), la pioche (cartes face cachée) et la table (cartes face visible).

Chaque joueur se voit distribuer 10 cartes (2 joueurs) ou 7 cartes (3 joueurs). Sur la table (face visible) elles sont au nombre de 8 pour 2 joueurs ou 6 pour 3 joueurs. Le reste des cartes compose la pioche (face cachée).

Le jeu est battu, la personne à la gauche de celle qui distribue, le coupe. Il existe plusieurs manières de distribuer, mais jamais une à une, par exemple 5 par joueur, puis 4 sur la table, puis une seconde fois pour 2 joueurs (4 aux joueurs, 3 sur la table, puis 3 aux joueurs et 3 sur la table pour une partie à 3). Les cartes non distribuées complètent la pioche.
Les joueurs doivent faire une paire entre une carte de leur main et une carte de la table. La première phase consiste à poser une carte, qui reste sur la table, pour former une paire et la seconde à piocher et retourner la carte pour tenter d’en former une autre. Lorsqu’un joueur forme une paire, il emporte les 2 cartes, qu’il place face découverte devant lui. Si le joueur n’est pas en mesure de former une paire, il dépose alors une carte de son choix, et pioche pour tenter d’en former une. Le jeu se termine lorsqu’il n’y a plus de carte, ou qu’un des joueurs stoppe la partie. Pour stopper une partie, il faut atteindre un seuil de 5 ou 7 points (2 joueurs) ou 3 points (3 joueurs). Si la partie s’arrête, faute de carte restante, le joueur qui a le plus de points remporte la manche, cependant si personne n’a atteint le seuil, la partie est nulle.

En début de manche les joueurs regardent les cartes de la table et des mains.

S’ il y a 4 cartes d’une même famille sur la table, la partie est nulle et les cartes sont mélangées et distribuées à nouveau.

Si un joueur a 4 cartes d’une même famille dans les mains, il le déclare, gagne immédiatement la manche et ses adversaires lui donne chacun 5 points. Si 2 des joueurs sont dans ce cas de figure, la manche est nulle pour une partie à 2 joueurs, lorsqu’il y a 3 joueurs, le dernier donne alors 5 points aux autres.

Si un joueur a 3 cartes du même mois dans sa main, il peut alors l’annoncer par 흔들 ( heundeul). S’il remporte la manche, il doublera son score. Si il ne l’annonce pas et que la dernière carte du mois se retrouve sur la table, il peut alors jouer les 3 cartes de sa main et remporter les 4 cartes. Dans ce cas, comme il a joué 2 cartes de plus, il pourra alors lorsqu’il le désire et à deux reprises, ne poser aucune carte et simplement piocher pour essayer de former une paire.

S’il y a 3 cartes de la même famille sur la table, les cartes sont réunies et pourront être récupérées en une fois.

Si le joueur forme une paire lors de la première phase, puis pioche ensuite une 3ème carte du même mois lors de la seconde phase, il fait un 설사 (seolsa), laisse les cartes sur la table et ne remporte rien. Si durant la partie un joueur fait 3 설사 (seolsa), il marque 5 points et remporte la manche.

Lorsque un joueur atteint le seuil et décide d’arrêter la partie, il remporte la manche et les adversaires lui donnent son nombre de points. Si au contraire il décide de continuer, il devra alors atteindre à nouveau le seuil pour pouvoir arrêter la partie. Si après avoir décidé de continuer, un autre joueur atteint le seuil et arrête la partie, ce dernier remporte alors la manche, même s’il a moins de points que ses adversaires.

Les points

Cartes 광 (lumière)

5 cartes 광 (lumière) : 15 points

les cartes lumières

4 cartes 광 (lumière) : 4 points

d'autres carte lumières

3 cartes 광 (lumière) avec la carte du mois de décembre : 2 points

cartes lumières 2poinrs cartes lumières 2 points carte lumière 2 points carte lumière 2 points carte lumière 2 points carte lumière 2 points

3 cartes 광 (lumière) sans la carte du mois de décembre : 3 points

carte lumière 3 points carte lumière 3 points carte lumière 3 points carte lumière 3 points

 

Cartes 열끗 (animal)

5 cartes  열끗  (animal) valent 1 point et 1 point par carte supplémentaire (exemple 6 cartes : 2 points)

Les cartes du mois de février, avril et aout forment un 고도리 (godori) : 5 points

carte animal

Cartes 띠 (ruban)

5 cartes 띠 (ruban) valent 1 point et 1 point par carte supplémentaire (exemple 7 cartes : 3 points)

초단 : les 3 cartes 띠 (ruban) rouge sans poème, hors mois de décembre : 3 points

carte rubans

홍단 : les 3 cartes 띠 (ruban) rouge avec poème : 3 points

carte ruban rouge

천단 : les 3 cartes 띠 (ruban) bleu avec poème : 3 points

carte ruban bleu

Les cartes 피 (pi)

10 cartes 피 (pi) valent 1 point et 1 point par carte supplémentaire (exemple 13 cartes : 4 points)

Les cartes 피 (pi) du mois de novembre (sur fond rouge) et de décembre valent 2 points.

carte pi

La carte 열끗 (animal ) du mois de septembre peut être utilisé comme 1 열끗 (animal) ou 2 피 (pi)

carte pi2

Les cartes Joker valent respectivement 2 ou 3 cartes 피 (pi)

Il est possible de cumuler des points au sein d’une même famille. Par exemple si un joueur a 6 cartes animal dont la combinaison 고도리 (godori), il marque 7 points (6 cartes 열끗 (animal) : 2 points + 고도리 (godori) 5 points)

 

Il existe des situations particulières permettant de doubler ses points.

  • 쓰리고 (sseuligo) :Si un joueur fait 3 고 (Go) durant une partie il double son score. Si il en fait 4 il double à nouveau son score et ainsi de suite. Chaque fois qu’un joueur dit 고 (go) il gagne un point supplémentaire, ces points sont comptabilisés avant de doubler le score.
  • Un joueur qui a fait un 고 (Go) et qui perd la manche doit donner au gagnant le double de points et doit aussi s’acquitter des points que lui doit l’autre joueur en cas de partie à 3.
  • Si une manche se solde par un nul, c’est un 나가리 (Nagari). le gagnant de la manche suivante recevra de ses adversaires le double de point.
  • Si un joueur ayant annoncé un 흔들 (heundeul) remporte a manche, il double son score. Si il réalise un double 흔들 (heundeul) il double a nouveau son score.
  • 광박 (kwang bak) : Le gagnant remporte la manche avec  3 cartes 광 (lumière) ou plus, les adversaires n’ayant aucune cartes 광 (lumière) lui donnent le double de points.
  • Si le joueur remporte la manche avec 5 광 (lumière), les autres joueurs lui donnent le double de point.
  • 멍따 (meongbak) : Si le gagnant a 7 cartes 열끗 (animal) ou plus , les autres joueurs lui donnent le double de point.
  • 피박 (pibak) : Si le gagnant a 10 cartes 피 (pi) ou plus et que les adversaires on 4 cartes 피 (pi) ou moins, ils lui donnent le double de points.

 

Il existe des situations particulières permettant de récupérer des cartes  피 (Pi) de ses adversaires.

  • Si un joueur remporte toutes les cartes de la table suite aux deux phases de jeux, il fait un 쓸 (sseul). Ses adversaires lui donne une carte 피 (pi).
  • Si un joueur joue la dernière carte d’un mois, formé par un 설사 (seolsa), il fait un 뻑 (beok). Il remporte les 4 cartes et ses adversaires lui donne une carte 피 (pi).
  • S’il y a 2 cartes d’un même mois sur la table, que le joueur forme une paire avec une de ces cartes et qu’il pioche la dernière il fait un 따닥 (tadak). Il remporte alors les 4 cartes du mois et ses adversaires lui donne une carte 피 (pi).
  • Si un joueur ne peut pas former de paire, il dépose une des cartes de sa main et si la carte qu’il pioche forme une paire avec celle ci, il fait un 쪽 (jjok). Il remporte alors les 2 cartes du mois et ses adversaires lui donne une carte 피 (pi).
  • Si un joueur annonce un 흔들 (heundeul) et qu’il remporte les 4 cartes du mois il fait un 폭탄 (poktan).Ses adversaires lui donne une carte 피 (pi).

Note : si les adversaires n’ont à ce moment là pas de cartes 피 (pi), ils ne donnent rien et c’est une occasion perdue pour le joueur qui aurait du les remporter. On ne peut prendre à ses adversaires que des cartes 피 (pi) valant 1 point, sauf si le joueur n’a pas d’autres choix. Ces cas de figures ne peuvent pas s’appliquer au dernier tour de la manche, si la partie se finit par épuisement des cartes, les dernières cartes formeront nécessairement une paire et videront la table.

Joker

Les jokers ne peuvent pas être joués lors du premier tour.
Si un joker est distribué sur la table, la personne qui distribue le remporte et tire une carte de la pioche qu’il dépose sur la table. Si il pioche à nouveau un joker, il le garde et pioche encore une carte.
Si un joueur joue un joker, il la dépose avec les cartes 피 (pi) qu’il a remporté et pioche une carte qu’il place dans sa main et rejoue.
Si un joueur pioche un joker, il la dépose avec les cartes PI qu’il a remporté et pioche une nouvelle carte.
S’ il y a 2 cartes du même mois sur la table, que le joueur joue un joker et pioche une troisième carte du mois, les 3 cartes et le joker seront alors remportés par celui qui complètera le mois.
Si il y a 3 cartes d’un même mois sur la table, que le joueur joue un joker et pioche ensuite la dernière carte du mois, il a alors la possibilité de remporter la manche et marque 5 points.

Et voila ! Les règles semblent assez compliqués, mais avec de la pratique vous y arriverez.

Accrochez vous et amusez vous bien !

 

Il existe aussi des applications pour jouer au Gostop sur votre téléphone comme par exemple ici.

Un jeux de 화투 (hwatu) coute environ 3500 원 (won). Il est possible d’en trouver sur internet par exemple sur amazon (le tarif est assez élevé),  ici (site non testé) ou encore sur sur le site Coréen Gmarket (livraison en France pas toujours disponible et frais élevé).

Un jeu Japonais à l'effigie de Napoléon fabriqué par Nintendo

Un jeu Japonais à l’effigie de Napoléon fabriqué par Nintendo

Et si vous envisagez de partir en voyage, tout d’abord, n’hésitez pas à lire notre article Petit guide pour préparer un séjour en Corée du sud et  sachez qu’ on peut trouver les cartes dans les supermarchés et commerce de proximité.

Merci à 영주 pour son aide très précieuse dans la rédaction de cet article. 이 글을 도와준 영주에게 고마운 말을 전합니다.