Echange culturel et cours de Coréen
  • local_phone 06 68 86 50 11
  • email contact@seodang.fr

안녕하세요

On s’attaque à un gros sujet aujourd’hui et pas n’importe lequel puisqu’on va parler de la culture de l’alcool en Corée du Sud.

Cet article n’est en aucun cas un jugement de valeur de la culture Coréenne, je tiens à préciser que cela  fait écho à mon expérience personnelle. Il me semblait intéressant de parler de ce phénomène, bien qu’il ne s’agit que d’une infime partie de ce qu’est la culture Coréenne, tous les Coréens ne s’adonnent pas à cette pratique.

Et oui ! Les Coréens boivent de l’alcool (comme bon nombre de civilisations), vraiment beaucoup. Certaines études sur la consommation des spiritueux dans la monde, classent les habitants du pays du matin calme comme premiers buveurs de ce type d’alcool, avec le fameux 소주 (soju).

L’alcool en Corée

Que ce soit entre amis, avec la famille ou encore entre collègues de bureau, l’alcool est propice à créer un moment qui se veut convivial, rapprochant les individus, désinhibant les esprits permettant aux plus timides de s’exprimer. S’adonner à des jeux d’alcool est très répandu et amusant. Quand on sait la quantité de travail qu’abat le peuple Coréen, quoi de plus normal que de vouloir se détendre et passer un bon moment, après une journée de dur labeur.

Mais qu’en est il réellement ? Les codes hiérarchiques étant présents dans toutes les strates de la société Coréenne, la consommation d’alcool n’échappe bien évidement pas à la règle. En Corée du sud, et particulièrement lors de soirées entre collègues, il faut respecter les supérieurs et les plus âgés. Dans ce cadre, il est de bon ton d’attendre que lesdits supérieurs commencent à boire avant d’entamer son verre (au passage, le soju se boit d’une traite, cul sec). Il est mal venu de se servir soi-même, on tend son verre avec les deux mains pour se le faire remplir et il est normal de servir la personne en retour. Lorsque l’on boit il est courant de cacher son verre et sa bouche avec la main ou de tourner la tête. Et, un point très important à prendre en compte : il est mal poli de refuser de boire un verre que l’on vous donne.
Je te sers, tu bois, tu me sers en retour, je bois, je te sers en retour…vous voyez l’idée.
Mais alors, n’est ce pas là quelque peu paradoxal ? Boire pour échapper à une pression sociale énorme, dans un contexte qui en ajoute lui même une de plus. Et ce phénomène ne semble pas dater d’hier.

« Une société qui pousse à boire »

Voilà un titre qui en dit long, et pourtant c’est là le titre d’un ouvrage célèbre parut en 1921 (술 권하는 사회 : 현진건 / Une société qui pousse à boire : Hyeon Jin-geon).

술 권하는 사회 @ misc.ridibooks.com

« … Bien entendu, tu ne comprends pas. Je vais t’expliquer. Ecoute-moi bien. Ce n’est ni la colère, ni les high collar qui me poussent à boire, c’est ce qu’on appelle la société qui me pousse à boire. C’est notre société de Chosôn qui me pousse à boire. Tu comprends ? Grâce à ma bonne destinée, je suis né en Corée, si j’étais né dans un autre pays, je ne boirais pas d’alcool… »

Le texte complet ici

Récemment, une amie Coréenne, qui lors de nos études communes en France n’était pas du genre à boire à outrance, me racontait combien sa consommation d’alcool avait augmenté depuis qu’elle travaillait dans une entreprise Sud Coréenne de Séoul. Comment lors d’un dîner d’affaire, le patron se retrouvait à somnoler sur la table, jonchée de bouteilles d’alcool vides, au milieu d’employés tout aussi éméchés.

La culture de l’alcool est très présente dans le paysage et la culture Coréenne. Dans une société d’hyper consommation, la tendance est à la rapidité, le fameux 빨리빨리 (vite vite!). Être ivre en un temps record. Que ce soit dans les restaurants, les pubs, les clubs, les 노래방 (noraebang), les supérettes ouvertes H24, ou même dans la rue avec les fameuses tentes sur triporteur (포장마차) où la nourriture sert plus à éponger qu’à nourrir, l’accès à l’alcool est facilité à l’extrême. A cela s’ajoute le dérisoire prix d’une bouteille de 소주 (soju) qui avoisine les 1200원 (à peine plus d’un euro).

Une telle accessibilité, un tel tarif pour une boisson de 350ml, contenant 20% d’éthanol, et l’autorisation de boire dans la rue, permet parfois d’assister à des scènes assez inhabituelles. Des joueurs de Godori (les règles ici) qui s’attroupent bruyamment pour parier et boire, des jeunes par dizaines qui sortent des épiceries, sac remplis de bouteilles, buvant aux abords des clubs avant d’aller danser, des jeunes femmes seules régurgitant tripes et boyaux dans un coin de rue bondée, des personnes en costumes chic se « reposant » sur les bancs des parcs, ce phénomène n’est définitivement pas isolé mais touche bien toutes les tranches et classes sociales.

100원 de consigne pour une bouteille de Soju

Bien que certains ramassent les bouteilles consignées, pour quelques pièces, il est des endroits, je pense notamment à certaines rue de 홍대 (Hongdae), qui sont semblables à un champ de bataille au petit matin, tant les cadavres de verres, gobelets et bouteilles tapissent le sol (qui sera rapidement nettoyé).

La médiatisation de l’alcool

Les médias ne sont pas non plus innocents face à ce phénomène, tant l’image de l’alcool y est présente.

Affiche du Drama 혼술남년 @ thestar.chosun.com

Affiche du Drama 혼술남년 @ thestar.chosun.com

Les plus férus de Drama se souviendront forcément d’une scène, ou les protagonistes se retrouvent à boire plus que de raison, pour n’importe quel prétexte, ou encore se donner à cœur joie à une partie de 3 jours d’alcool  (태양의 후예 – descendants of the sun). Il existe même des séries donnant à voir ce spectacle plusieurs fois par épisode, par exemple 혼술남년 (Des hommes et des femmes qui boivent seuls), titre à lui seul assoiffant.

Les médias n’hésitent pas à user de l’image de célébrités pour vendre, comme par exemple la patineuse artistique Kim Yuna, qui fait l’éloge du soju à travers plusieurs spots publicitaires. On peut aussi trouver   des « soju challenges », avec en vedette le chanteur PSY (chanteur du fameux Gangnam style, s’il est nécessaire de le rappeler).

On pourrait aussi citer les pubs « girly », mignonnes, faisant passer l’alcool pour des sucreries, qui donneraient envie de boire à des enfants de cœur.

En Coréen

Pour finir, voici quelques mots à connaitre.

소주 (soju) : vous l’aurez compris, le soju est très populaire, c’est un alcool spiritueux, traditionnellement à base de riz, mais qui est maintenant fabriqué aussi avec de la patate douce, du blé ou encore de l’orge. Le soju avoisine généralement les 20 degrés, mais il est possible d’en trouver des plus forts. Enfin il existe aussi des sojus aromatisés (pomme, myrtilles etc…).
(Qu’on se le dise, ce spiritueux si répandu est loin d’être des plus savoureux, mais à le mérite de faire son effet, même sur les plus endurcis d’entre nous, les lendemains sont souvent…difficiles).

맥주 (maekju) : Il s’agit tout simplement de la bière, les marques Coréennes les plus répandues sont Hite et Cass. Ce sont généralement des bières blondes, assez légères (4,5 degrés). Il existe aussi des bières sucrées.

막걸리 (makgeolli) : le Makgeolli est une liqueur à base de riz. Blanc et d’aspect laiteux, il est fabriqué à base de riz et est assez doux (environ 13 degrés).

소맥 (somaek): Le soju est souvent mélangé à la bière, dans ce cas on parle de 소맥 (somaek). Contraction de 소주맥주. Ce mélange est très apprécié par les jeunes générations, faisant passer le gout assez fade du soju plus facilement.

치맥 (chimaek) : Il existe des expressions, s’appliquant à un type de boisson accompagnée d’un repas. La plus connue d’entre elle est le 치맥 (chimaek), qui combine le mot 치킨 et 맥주 soit, poulet et bière. Vous l’aurez compris, on utilise cette expression lorsque l’on mange du poulet (frit) accompagné de bière. Encore une fois, très prisé par les jeunes générations, c’est souvent l’occasion de passer un bon moment entre amis, une expérience que je recommande.

건배 (geonbea) : il s’agit simplement de l’expression utilisée pour trinquer. On peut aussi utiliser l’expression 잔 (chan) entre amis.

맥주 주세요 (maekju jusaeyo) : voici la manière la plus simple pour commander une bière. Vous pouvez lire notre article sur les expressions courantes en Corée pour en apprendre plus.

les 포장마차 permettent de boire et manger jusqu’au petit matin.

 

Pour rappel, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, et les mineurs n’ont pas le droit de boire. En Corée la majorité est à 19 ans. Les autorités et les commerçants ne négligent d’ailleurs pas ce point, il n’est pas rare qu’on vous demande une pièce d’identité pour vous vendre de l’alcool, ou vous donner accès à un lieu qui en sert. De plus en Corée, lorsque vous n’êtes plus en mesure de conduire, mais que vous devez rentrer avec votre voiture, il existe un service qui consiste à appeler un chauffeur, qui vous reconduira, vous et votre voiture. Ce service est très utilisé.

건배 !